Description de quelques oeuvres

LA CENE

La Cène de Léonard de Vinci est une fresque de 460cm sur 880cm réalisée entre 1494 et 1498. La Cène de Léonard de Vinci est une fresque de 460cm sur 880cm réalisée entre 1494 et 1498. Elle fut commandée par Ludovic Sforza pour le mur du fond du réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. Cette fresque est le résultat des préceptes aristotéliciens des artistes de la Renaissance  : plusieurs personnages dans un même lieu et faisant une même action. En plus de ces préceptes on reconnait ce de Platon : l’utilisation de la lumière comme moyen d’unification entre le divin et le vivant. Léonard utilise beaucoup la perspective dans sa fresque : celle-ci prolonge la salle réelle du réfectoire par un trompe-l’œil du plafond et des murs latéraux. Une série d’incisions encore visibles ont servi à Léonard pour tracer les lignes de fuite de la perspective, certain sont encore visible con le trou au niveau de la tempe droite du Christ.

On constate d’ailleurs de celui-ci occupe une position centrale aussi bien par rapport aux apôtres, qu’au mur du fond de la fresque, les apôtres sont répartis de façon symétrique autour de Jésus en quatre groupes de trois cependant la dissymétrie des groupe en eux donne le mouvement à la scène. Il exploitera les limites du tableau : la table et les apôtres sont peints en avant du plan du début de la perspective : le cadre et les bordures sont dépassés par un des apôtres, à droite, par conséquent par l’ensemble de la table et des personnages.

La fresque fut réalisée par une méthode de détrempe sur une base de plâtre sec et d’huile (tempera grassa), il innove une fois encore mais se sera un échec, ou presque, l’éclat de la peinture va perdre de son éclat du vivant même de Léonard. Par conséquent, la fresque va nécessiter très tôt des restaurations, mais en vu de époque souvent de mauvaise qualité.

En 1517,après un visite du cardinal Louis d’Aragon, son secrétaire fait pour la première fois la déploration de l’état de la fresque , s’en suive en 1584, le constat désastreux du peintre et théoricien Giovan Paolo Lommazzo , en 1624, Bartolomeo Sanese déclare qu’il ne reste presque plus rien à voir de la Cène. En 1652, elle fini par être si peu considérée que l’on perce une porte entre le réfectoire et les cuisines, au point de détruire le bas du tableau et par conséquent les pieds du Christ.

En 1726, on commence la première campagne de restauration de la fresque, ce fut  Michelangelo Bellotti qui s’en chargea malheureusement celle-ci abima plus l’œuvre qu’elle la restaura : après l’avoir nettoyé à la soude (produit corrosif), il la repeignit  lui-même, ce qui fit perdre de l’éclat à l’œuvre. En 1770, une seconde campagne commença mené par Giuseppe Mazza mais fut interrompue par le prieur du couvant, seules les figures des apôtres Matthieu, Thaddée et Simon furent épargnée par les repeints.En 1796, le réfectoire servit d’écurie à l’armée française qui logeait dans le couvant, ce qui endommagea encore un peu l’œuvre.En 1821, Stefano Barezzi songe lui aussi à détacher le tableau, c’est plus de trente ans plus tard qu’il mena la campagne de restauration des murs des côtés.

En 1901, une restauration utilisant de grande photographies détaillées de l’œuvre commence avec comme directeurs Luca Beltrami et Luighi Cavenagh.

Dans la nuit du 16août 1943, l’église est bombardée et est gravement endommagée. Le plafond et le mur Est sont détruits, malgré le faite que le mur de la Cène soit resté entier, la fresque est victime de l’humidité qu’à engendré la destruction de la voûte. Une couche de moisissure recouvre alors le tableau, ce qui nécessite une fois encore une campagne de restauration qui commencera en 1947.

De 1978 à1999, une nouvelle restauration est effectué pour restauré le vrai de Vinci.

37 votes. Moyenne 2.95 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×