La bataille d'Anghiari

LA BATAILLE D’ANGHIARI

Le  18 octobre 1503, Léonard est à Florence où il est architecte et ingénieur hydraulicien. Il passe deux années à préparer et peindre La bataille d’Anghiari, une grande fresque murale de7mètres sur17mètres. L’œuvre sera perdu, on ne connaitra son existence qu’à travers les croquis préparatoires et les copies de sa partie centrale, dont la plus connue est probablement celle de Pierre Paul Rubens qui reprend « La lutte pour l’étendard », la partie centrale de la fresque d’origine c’est l’un des seules traces de l’œuvre original de Léonard.

La bataille aurait très certainement été oubliée de l’histoire, si les magistrats de Florence, n’avaient pas fait appel à  Léonard de Vinci pour la représenté sur le mur de salle du Grand conseil du Palazzo Vecchios dans un souci de décoré ses mur avec des œuvres évoquant les principales actions de la République. Cette commande le mis  en compétition avec son grand rival, Michel-Ange qui peignait sur le mur opposée La bataille de Cascina.

Après, l’échafaudage des esquisses du tableau, la partie centrale qui représente le combat autour du drapeau, fut réalisé sur le mur.

Un mystère subsiste autour du tableau perdu : Comment peut-on expliquer la disparition d’une fresque si importante ? Deux réponses sont possibles :

-La fresque aurait était détruite. Cette hypothèse est partagée avec de nombreux analystes. La fresque avait été gravement endommagée par un processus de séchage au feu, trop rapide, et non naturel. La peinture inachevée aurait été effacée pour faire place à une décoration commandée par les Médicis à Vasari. Il ne reste alors pour témoigner des célèbres dessins de Léonard de Vinci que ceux de Rubens, présent au musée du Louvre, et une œuvre de Biagio d’ Antonio datée de 1470, se trouvant au National Gallery of Ireland.

-La fresque aurait été conservée. Cette hypothèse est beaucoup partagée. Vasari qui était chargé par les Médicis de repeindre sur la fresque aurait été victime d’un grand dilemme : devait-il exécuter la rapidement sa commande ou préservé le chef-œuvres d’un génie qu’il admirait énormément. Il aurait finalement décidé de faire construire un second mur de briques devant celui sur le quel était peint la fresque de De Vinci, en laissant quelques centimètres entre les deux murs. Vasari aurait même laissé de quoi pensé dans ce sens, en laissant des indices. En effet, il avait utilisé précédemment une technique similaire pour préserver d’autres œuvres.

 

6 votes. Moyenne 4.33 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site